Comment réparer une statue en porcelaine

Publié le par Jocelyne de Amorin

Quelle désolation de voir un objet dévasté auquel on tient beaucoup ! Mais rassurez-vous, il y a toujours une solution ! Cette semaine en guise de DIY, je vous propose de réparer une statue en porcelaine. Allez, je vous dis tout sur ce sauvetage extrême !

Préambule :

Mon mari était terriblement triste de constater que la statue en porcelaine (déjà abimée - il manque la croix depuis bien longtemps) qu’il a toujours connu sur la tombe de sa famille était totalement disloquée. Par chance, il a pu récupérer tous les morceaux, afin que je puisse restaurer cette petite fille en aube... Alors quand je parle de restauration, entendons-nous bien ! C’est en toute humilité ! Je ne suis ni une experte, ni une céramiste… Juste une autodidacte avec la meilleure des volontés pour réparer des objets outragés… La cause de cette dévastation est due au fait que n’ayant plus de croix depuis de nombreuses années, on utilisait le montant de la croix tel un vase. Sauf qu’en ayant mis des fleurs en tissu trop hautes, le porte-à -faux était trop conséquent… Le vent a dû s’engouffrer dans les tiges et a déstabilisé la statue qui s’est brisée en chutant… Je me suis mise en tête de réaliser ce sauvetage avec les moyens du bord, à savoir de la colle néoprène, des invocations aux anges afin qu’ils m’aident, une pâte à porcelaine qui durcit à l’air libre, un petit coup de Dremel et un bon coup de peinture blanche ! Allez, il est temps de se mettre à l’œuvre 😉 !

Quelle tristesse de votre cette statue en mille morceaux...

Quelle tristesse de votre cette statue en mille morceaux...

Ce qu’il vous faut pour réparer une statue en porcelaine

  • Une statue endommagée
  • Un tube de colle néoprène en gel
  • Un couteau
  • Une vieille brosse à dent
  • De la pâte à porcelaine (WePam by Cléopâtre)
  • Un Dremel
  • De la peinture glycéro V33 (pour l’extérieur)
  • Un pinceau
  • Et surtout la FOI 😉 !

 

 

 

On se retrousse les manches pour se sauvetage !

On se retrousse les manches pour se sauvetage !

Etape N°1 : Nettoyage des pièces

Après avoir récupéré tous les morceaux (même les moindres éclats), j’ai préparé un bon petit bain avec une eau tiède et du produit vaisselle. A l’aide d’une vieille brosse à dent, nettoyez méticuleusement toutes les parties. Attention à vos doigts, car les tessons de porcelaine sont très mais trèèèèès très coupants… Après quelques petits bobos, j’ai posé les morceaux sur du papier absorbant et j’ai laissé le tout sécher.

C'est l'heure du bain ! Mais attention à vos mains !C'est l'heure du bain ! Mais attention à vos mains !

C'est l'heure du bain ! Mais attention à vos mains !

Etape N°2 : Recollage de la statue en porcelaine

Comme je vous l’ai dit précédemment, j’ai utilisé de la colle néoprène. Ce n’est pas une restauration réglementaire. Je suppose qu’un pro aurait fait une pâte de porcelaine très liquide pour recoller les morceaux. Mais ici ce qui m’intéresse, c’est de pouvoir réparer avec des produits courants et qui sera donc à la portée de toutes et tous. Rassemblez tous les morceaux et débutez votre puzzle en 3D ! Par chance, ou par foi, à chaque fois que je prenais un morceau, il venait s’imbriquer comme par magie ! Je n’ai donc pas trop galéré pour le collage.

La colle Néoprène qui devient "amoureuse"
La colle Néoprène qui devient "amoureuse"
La colle Néoprène qui devient "amoureuse"

La colle Néoprène qui devient "amoureuse"

Il y a quelques règles à respecter avec la colle néoprène… On encolle d’abord les bords de la statue, ainsi que les bords de la partie à coller. On attend quelques instants, et lorsque la colle devient « amoureuse » (encore collante mais déjà un peu sèche – pour cela on passe délicatement la pulpe du doigt) on vient appliquer la partie à coller en exerçant une petite pression durant quelques instants. Dès que la pièce est en place, on lisse proprement avec un doigt propre (c’est important pour éviter toutes traces de salissure) l’excédent de colle. Il faut se hâter de coller toutes les pièces dans un délai un peu court, car parfois, on s’aperçoit qu’une pièce doit rentrer plus en profondeur. Tout est ré-ajustable dans la demi-heure. Donc on s’active pour que chaque pièce retrouve son logis d’origine sans décalage. On laisse sécher le tout bien gentiment.

Work in progress !Work in progress !
Work in progress !Work in progress !
Work in progress !Work in progress !

Work in progress !

Etape N°3 : Rebouchage de la porcelaine manquante

Même si mon mari a récupéré toutes les pièces, il y avait quelques manques de matière par ci par là ! Et surtout, le tube que l’on voit (qui est la base de l’ancienne croix) étant coupé en biseau n’était pas du plus bel effet. Je me suis dit qu’une petite forme évasée serait plus appropriée. A posteriori, je regrette de n’avoir pas assez travaillé la pâte. Mais au final, c’est un peu mieux que ce n’était. Pour ma décharge, c’était la première fois que j’utilisais cette pâte pour une restauration. Et je me suis aperçue qu’en séchant, la surface n’était pas des plus régulières et pouvait aussi se craqueler légèrement, particulièrement au niveau des jonctions. Et de surcroît perdait sa couleur blanche pour devenir un peu plus crème.

La pâte de porcelaine

La pâte de porcelaine

Cette pâte qui sent bon l’amande (comme la colle Cléopâtre) est très sympa à travailler ! Il suffit d’en couper un petit morceau avec un couteau et le travailler en le réchauffant entre les doigts. Pour les petits interstices à combler, c’est parfait, on malaxe et on applique la pâte en pressant légèrement. On retire l’excédent et on laisse sécher.

On comble les trous ! J'ai même fait une petite rose ;)On comble les trous ! J'ai même fait une petite rose ;)
On comble les trous ! J'ai même fait une petite rose ;)On comble les trous ! J'ai même fait une petite rose ;)

On comble les trous ! J'ai même fait une petite rose ;)

Pour le haut du vase, j’ai pris un morceau plus conséquent que j’ai travaillé en plusieurs fois (d’où les microfissures entre les jonctions lors du séchage). Idéalement, j’aurais dû malaxer un gros morceau que j’aurais dû appliquer sur tout le pourtour de la colonne, en une fois donc. Bon, ce qui a de bien, c’est que la pâte adhère parfaitement à la porcelaine. Inutile de coller la pièce rapportée. Une fois sèche la pâte a tendance à se rétracter (mais rassurez-vous, ce n’est pas flagrant non plus). Il faut attendre deux jours afin que la pâte soit bien dure.

Le haut du vase prend formeLe haut du vase prend formeLe haut du vase prend forme

Le haut du vase prend forme

Etape N°4 : Nettoyage au Dremel

Le Dremel est un petit outil génial pour les travaux de finition. Telle une mini perceuse, sur le mandrin, on peut mettre pas mal d’ustensiles pour nettoyer, poncer… J’ai utilisé une petite brosse métallique afin de retirer toutes les vieilles écailles de peinture et les anciennes coulures de peinture. J’ai également utilisé un embout de pièce ponce pour les parties les plus récalcitrantes. Profitez-en pour nettoyer les traces de résidus de colle qui pourraient nous embêter lors de l’application de la peinture. Une fois que ce gros travail de nettoyage est terminé. Il ne reste plus qu’à épousseter la statue en porcelaine, comme toujours de façon méticuleuse !

J'adore ce petit "jouet" ! Dremel votre allié précision !

J'adore ce petit "jouet" ! Dremel votre allié précision !

Etape finale : Peinture de la statue en porcelaine

Pour cette étape, je me suis mise en quête qu’une peinture extérieure. En effet, la statue retournera sur la dernière demeure terrestre de nos petits anges et sera donc vouée à subir les affres du climat… Neige, pluie, gel, soleil… Autant qu’elle soit bien protégée par une peinture résistante ! Donc exit la peinture à l’eau et welcome à la peinture glycéro (et donc à nettoyer avec du White Spirit). J’ai donc acheté un tout petit pot de peinture « Peinture Extérieure, V33, Multi-Matériaux ». Bien évidement tous les types de support tels que : bois, fer, PVC, Alu… et bien sûr, il n’y avait pas inscrit « Porcelaine », mais je n’ai rien trouvé de mieux chez Leroy Merlin. Et quant à trouver un conseiller en rayon un dimanche… euh, mieux vaut ne pas y compter… !

Pour plus de praticité, j’ai posé un plateau tournant sur mon plan de travail, puis un morceau d’une vieille nappe en pvc (pour protéger le plateau) et enfin j’ai mis ma statue. Comme la statue fait son petit poids, il sera plus simple de faire tourner le plateau pour réaliser la peinture ! 😉 !

La peinture glycéro pour bien couvrir la statue en porcelaineLa peinture glycéro pour bien couvrir la statue en porcelaineLa peinture glycéro pour bien couvrir la statue en porcelaine

La peinture glycéro pour bien couvrir la statue en porcelaine

A l’aide d’un petit pinceau, appliquez deux, voire trois bonnes couches de peinture assez généreuses ! En revanche, veillez à ne pas faire de gouttes ! Avant de nettoyer votre pinceau, observez bien la structure de la peinture. Avec les plis et tous les détails, il faut être en pleine conscience quand on travaille ! Et avant de nettoyer votre pinceau, checkez toute la surface peinte afin de repérer et réajuster le moindre défaut. J’ai parlé d’une couche généreuse, mais attention cependant à ne pas perdre les détails des traits du visage, des pieds ou des mains en appliquant une couche trop épaisse. On s’adapte quoi 😉 ! Laissez sécher plusieurs jours entre les couches de peinture. Vous constaterez également que si la peinture est en contact direct avec la colle, le temps de séchage sera encoooore plus long ! Donc soyez patient(e)s ! Ça paie toujours 😉 !

Et voilà le travail ! Ma statue en porcelaine est réparée !

Et voilà le travail ! Ma statue en porcelaine est réparée !

Voilà, le sauvetage de cette jolie statue est à présent terminé. Très prochainement, elle retrouvera sa place pour notre plus grand bonheur !

 

A très vite pour de nouvelles aventures créatives !

Vous avez aimé cet article, vous apprécierez peut-être celui de la restauration d’une statue en régule, voire le « sauvetage » d’un miroir au mercure !

 

 

© JdA

Publié dans DIY, porcelaine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article