Mamy Thérèse, la Madeleinerie de Paris est mon coup de cœur de la semaine !

Publié le par Jocelyne de Amorin

Amateurs de délicieuses madeleines artisanales, réjouissez-vous et courez goûter celles de la boutique « Mamy Thérèse » qui a ouvert ses portes, la semaine dernière, à Paris dans le 4e ! Allez, je vous dis tout !

Préambule :

Fille de la Lorraine, je suis fière de mon patrimoine gastronomique ! Pâté, mirabelle, bergamote, macaron, madeleine… Difficile de résister, notamment à ce dernier gâteau qui a bercé mon enfance ! Et pour la petite histoire, lorsque je vais en Lorraine, je m’arrange toujours pour aller m’approvisionner en délicieuses madeleines à Commercy ! Alors, lorsque qu’une adorable attachée de presse m’a proposé une visite dans une nouvelle boutique à Paris (de surcroît ouverte par un Lorrain), je me suis empressée de répondre présente !

L’histoire de la madeleine de Commercy…

Alors qu’on lui prête une origine plus lointaine en référence à Saint Jacques de Compostelle, l’histoire de la madeleine de Commercy est plus rocambolesque !

En effet, la légende raconte qu’en 1755, à la suite d’une dispute fracassante entre l’intendant du Duc de Lorraine, Stanislas Leszczynski, et son chef pâtissier, ce dernier quitte les cuisines en emportant le dessert confectionné.

Fin gastronome, Stanislas, Roi de Pologne déchu, exilé en Lorraine, organisait des fêtes somptueuses en son château de Commercy où l’opulence était de mise ! Il n’était donc pas envisageable qu’un dîner se termine sans dessert !

Pour sauver la réputation de la table du Duc, Madeleine Paulmier, servante de la marquise de Perrotin de Beaumont, prépare en toute hâte un gâteau que lui confectionnait sa grand-mère de Commercy !

Les hôtes de Stanislas furent subjugués par la douceur et le fondant de ce gâteau qui ne portait pourtant pas de nom. Faisant appeler la servante pour la remercier, Stanislas Leszczynski baptisa ce gâteau du prénom de la jeune fille, La Madeleine de Commercy était née !

Envoyée plus tard à sa fille, Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, la madeleine ravie également les palais des gourmets de Versailles ! La Madeleine a même failli perdre son nom au profit du gâteau de la reine…. Mais ouf, Maire préserva le nom donné par son père !

"La Perle de Paulmier" en hommage à Madeleine la Servante

"La Perle de Paulmier" en hommage à Madeleine la Servante

Mais revenons à présent du côté de chez Mamy Thérèse…

Mamy Thérèse aurait été fière de cette jolie boutique !

Mamy Thérèse aurait été fière de cette jolie boutique !

Mais qui est donc cette Mamy Thérèse ?

Mamy Thérèse est la très regrettée grand-mère de Jacques Mercier, fondateur de la boutique. Avec son caractère bien trempé, elle était une bonne cuisinière et une mamy au cœur tendre. Et coquette qui plus est ! Car son véritable prénom était « Marie Jeanne », mais chut, elle avait horreur de ce prénom et se faisait appeler Thérèse ! C’est avec ce personnage, haut en couleur, que Jacques a passé de longues heures en cuisine. Il se rappelle encore aujourd’hui avec émotion cette bonne odeur qui émanait de ses fours. Notamment lorsqu’elle faisait sa recette de madeleines qu’elle avait hérité de ses beaux-parents (boulanger-pâtissier). C’est au départ de cette mamy centenaire que Jacques décide de tout lâcher pour perpétrer à son tour la tradition ! Le concept Mamy Thérèse était né ! En plus de ses secrets de grand-mère, Jacques Mercier a fait appel à Benoît Nolin, un véritable gourmet aux belles références, et qu’on peut voir sur Cuisine + dans son émission « Les desserts de Benoît ».

Jacques Mercier (photo 1) et Benoît Nolin (photo 2)
Jacques Mercier (photo 1) et Benoît Nolin (photo 2)

Jacques Mercier (photo 1) et Benoît Nolin (photo 2)

Que propose la boutique ?

Située entre l’Hôtel de Ville et la Bastille, la boutique Mamy Thérèse a ouvert ses portes le jeudi 9 février. Si vous rôdez vers le 19 rue Saint-Antoine de douces fragrances sucrées ne tarderont pas à vous chatouillez les narines ! La boutique propose des madeleines sucrées classiques avec parfums (La Stanislas, La Daum, La Favorite) à 1.10 € la pièce et des plus travaillées avec soit en enrobage, soit un cœur, voire les deux (L’Idylle, La perle de Paulmier, ou la Royale Gourmande) à 2,90 €.

Le fameux bar à madeleineLe fameux bar à madeleineLe fameux bar à madeleine

Le fameux bar à madeleine

Des madeleines encore plus gourmandes...

Des madeleines encore plus gourmandes...

On y trouve aussi des madeleines salées, des guimauves, des salades, des pâtés Lorrains, fait maison et sur place, ainsi que tout un panel de pots divers et variés de confitures, et différents chocolats… Bref, de quoi se régaler ! Et, petite cerise sur la madeleine, on n’hésitera pas à jeter un œil à travers la verrière pour y découvrir le labo où le pâtissier est à l’œuvre !

Des produits savamment choisis
Des produits savamment choisis
Des produits savamment choisis

Des produits savamment choisis

Que dire des madeleines de Mamy Thérèse ?

Si vous n’avez jamais goûté une madeleine artisanale qui vient de sortir du four, je dirais qu’il est encore temps ! C’est vraiment là qu’elles sont meilleures, croustillantes sur les bords, tendres et moelleuses en leur cœur… Mon gros coup de cœur sera pour la Royale Gourmande ! En plus de son cœur praliné d’une grande finesse, la madeleine est enrobée de chocolat au lait et saupoudrée d’éclats de noisettes… Une vraie tuerie qui m’obsède et qu’il est impératif que je fasse découvrir à mon frère grand amateur lui aussi de madeleines !

La "Royale Gourmande" est ma nouvelle obsession !

La "Royale Gourmande" est ma nouvelle obsession !

J’allais oublier de vous préciser, même si ça va de pair avec l’exigence de la maison… Les ingrédients utilisés pour toutes les préparations sont évidemment triés sur le volet : farine bio, œufs de poules élevées en plein air, beurre labélisé et le tout, sans aucun conservateur ! Artisanal on a dit !!!! Et pourquoi ne peut-on pas voir le portrait de Mamy Thérèse dans la boutique ? Parce qu’elle était tout simplement discrète et qu’elle n’aurait guère apprécié qu’on utilise son image ! Ça c’est vraiment l’esprit lorrain ;)

Ne partez pas sans avoir jeté un oeil au labo !!

Ne partez pas sans avoir jeté un oeil au labo !!

Remerciements chaleureux à Jacques Mercier pour son accueil au cœur de sa boutique et à Elodie pour l’efficacité de son travail ! Et longue vie aux Madeleines de Lorraine !!

 

A très vite pour de nouvelles aventures créatives ou gourmandes !

 

© JdA

Vous avez aimé cet article ? Vous apprécierez peut-être celui où je découvre l’univers gourmand de la Maison Fouquet à Paris, ou celui de ma visite chez Damman Frères à Dreux !

 

 

 

Publié dans Conso, Madeleine

Commenter cet article